PUZZLES

Place Clémenceau, Antrain Val-Couesnon

On reconnait, donnant sur l’ancienne place du marché, la tour du Logis de la cour – Guinetais. La construction de ce bâtiment remonte au 16ème siècle. La tour abrite l’unique escalier du logis. Le bâtiment présente les attributs d’un logis noble : tour d’escalier, écus au-dessus de la porte d’entrée… Il aurait pourtant été plutôt édifié par une bourgeoisie locale enrichie grâce au commerce. Le logis possédait à l’époque un grand jardin à l’arrière, à l’ouest. L’avenue Kléber a été percée au début du 20ème siècle. au nord de cette construction sans la détruire. Dessin de Jacques BERTHELOT©

Porrtail du Maoir de Martigné – Bazouges-la-Pérouse

L’ancien manoir de Martigné était une sergentise féodée de Bazouges. Les propriétaires sont connus depuis le 16ème siècle. Autrefois fortifiée, la maison seigneuriale présentait en 1603 une tour flanquant le logis, un portail et un pont-levis encadré de deux tours, le tout cerné de murs et de fossés. Ce portail se compose d’une porte avec deux tours, qui avec pont-levis et douves, barrait l’entrée d’un manoir fortifié.
Ce portail monumental menace de disparaitre quand, en 1989, l’Association pour la Promotion du Patrimoine de l’Antrainais et du Bazougeais (APPAC) entreprend les démarches pour sa sauvegarde. En 1992, la commune de Bazouges-la-Pérouse en devient propriétaire. Les travaux peuvent commencer. Le manoir, lui, est propriété privée.
✅Pour plus d’information sur ce portail et les travaux menés par l’APPAC : TRAVOUIL n°18, 27, 31, 32, 43 et 50

Détail de la porte de l’Église de Saint-Hilaire-des-Landes

Cette porte du porche sud de l’église paroissiale est classée du 16e siècle et de style renaissance.

borne milliaire de la forêt de Villecartier – Bazouges-la-Pérouse

Cette porte du porche sud de l’église paroissiale est classée du 16e siècle et de style renaissance. Haute de 1,60 m et arrondie en son sommet, cette grande borne de granite se situe au centre d’un carrefour de sept anciennes routes, au lieu-dit “Pont-à-Voleurs”. Les bornes milliaires étaient placées au bord des voies romaines, tous les mille pas.

Ancienne ferme du bourg de Noyal-sous-Bazouges

Les constructions du 16ème – 17ème siècle sont encore nombreuses sur la commune de Noyal-sous-Bazouges. Construites pour la plupart en granite, les maisons ont su garder dans l´ensemble un bon niveau d’authenticité. Les dates les plus anciennes portées sur les constructions sont 1561, 1566, 1575, 1576. Le toit très pentu de cette maison marque ici une des caractéristiques de l’habitat de la fin du 16ème siècle au milieu du 17ème siècle.

Maison à Pan de Bois de Bazouges-la-Pérouse

Cette maison, située rue de l’Église, est un vestige des maisons anciennes du bourg de Bazouges-la-Pérouse. Construite au 17e siècle, il s’agit vraisemblablement de l’ancienne maison d’un marchand car la fenêtre donnant sur la rue possède un étal qui était protégé par l’encorbellement de la maison. Le bâtiment fut remanié au cours du 19e siècle notamment au niveau des ouvertures de la façade nord.

Détail des vitraux de l’église St Germain d’Auxerre de Saint-Germain-en-Coglès

Réalisé en 1936 par des maîtres verriers rennais, ce triptyque se compose de 9000 éléments de verre. L’ensemble du triptyque représente les scènes de la crucifixion. On peut apprécier les couleurs lumineuses et le traitement des visages.

Oratoire de Neuglé, à Antrain Commune de Val-Couesnon

Selon la tradition locale, les enfants rencontrant des problèmes pour marcher étaient guéris après avoir été trempés dans l’abreuvoir de granit, réemploi d’un sarcophage. A l’intérieur de l’oratoire sont placées deux statues de bois autrefois polychromes.

Maison des Patrimoines, à Antrain Commune de Val-Couesnon

Ce bâtiment date probablement de la première moitié du 16ème siècle. Il s’agit de l’un des exemples de constructions à pan de bois de la ville d’Antrain Commune de Val-Couesnon. Certains éléments architecturaux d’origine de la construction, tels le décor des entretoises, la forme des pigeâtres ou encore les visages et motifs végétaux sculptés sur les murs latéraux en granite témoignent de l’architecture de la fin du 15e siècle ou du début du 16ème siècle. Lors de sa construction, ce bâtiment abritait probablement, à l’instar de nombreuses constructions urbaines à pan de bois, un commerce au rez-de-chaussée et des parties d’habitation à l’étage.
Aujourd’hui, ce bâtiment, propriété du Crédit mutuel de Bretagne, abrite la Maison des Patrimoines.